Retour à la liste

Des diablotins d’enfer !

04 juin 2018

Pour améliorer son bilan carbone, gagner du temps et de la praticité, ne vendez pas votre âme au diable : prenez un diablotin !

Mai 2018

Adrien GOREZ s'est entretenu avec Jean UMANSKY, ingénieur du son et co-inventeur des diablotins chez Aldane Productions.

 

Au cœur de l’Antarctique, le site de tournage promet des plans de paysages absolument magnifiques !

Entièrement tournée dans un ascenseur, cette série saura rendre les spectateurs claustrophobes pour longtemps !

Cette scène finale du baiser dans la cabine d’un tracteur au milieu d’un champ de lavande s’annonce tellement romantique !

Oui, toutes ces situations servent le projet et le rendent unique. Le rendu final sera artistiquement incroyable ! Mais quelque soit la complexité de la séquence à réaliser, il faut au moins une image, du son et du café pour tenir toute la journée (et au-delà). Afin d’alimenter tout le matériel en énergie, le choix d’un groupe électrogène sera donc souvent le premier. Cette nécessité impose aux équipes une bonne dose d’ingéniosité tant les conditions sont particulières. Températures maudites, altitude à côtoyer les anges, exiguïté infernale… Tels de petits démons tournoyant au-dessus du plateau, les contraintes sont bel et bien là, prêtes à donner leur petit coup de fourche au plus optimiste ! Inutile de voir rouge, la solution existe !

L’idée démoniaque

Fort de son expérience de terrain et désireux de répondre aux besoins spécifiques d’un tournage, Jean UMANSKY a donc pris le diable par les cornes en nouant un pacte avec l’esprit pratique ! L’idée : mutualiser ses compétences à celle d’un ingénieur électricien afin de proposer aux professionnels une solution immédiate pour amener l’électricité jusqu’en Tasmanie !

Aldane Productions voit le jour en 2011. Cette société vend et loue des valises-batteries avec des capacités et puissances variables adaptables aux besoins de chacun.

La conception des pièces en 3D et l’assemblage (packs de batteries, mécanismes, ventilation, fabrication des pièces) se déroulent en France.

 

Ça commençait à chauffer

C’est lors d’un tournage au Kazakhstan que les limites du camion avec groupe électrogène classique ont été évidentes. Trop gros pour la topographie et avec des éléments en surchauffe, l’équipe de tournage s’est heurtée à une perte de temps importante et une sécurité menacée avant que batteries et convertisseurs prennent le relais. Seulement là aussi, les problèmes de fragilités liés à ces systèmes sont vite apparus.

 

« Il fallait une solution garantissant mobilité et autonomie »

 

Un impact environnemental décarbonisé !

Pour 1 heure d’utilisation à 75% de sa puissance maximale, un petit groupe électrogène de 3kW de puissance consomme environ 1,3L d’essence. Sachant qu’un litre d’essence consommée équivaut à une émission de 2,3kg de CO2 , la quantité de CO2 émise pour 1h d’utilisation est donc de presque 3kg !

Qu’en est-il de nos diablotins ?

En France, 1 kWh électrique produit environ 0,09 kg équivalent (ADEME).

Avec une énergie de 3 kWh, le diabolik (plus grosse valise-batterie d’Aldane Prod.) génère donc une émission de 270g équivalent CO2 pour 1h d’utilisation.

Avec le développement des énergies renouvelables, la tendance sur laquelle s’inscrit ce chiffre sera descendante !

 

Des charmes qui pousseraient au pêché

Roulante et légère (30kg), la valise en lithium-ion fournit la tension nécessaire de 220V requise par la grande majorité des appareils comme les ordinateurs, grands écrans, projecteurs, HMC, table régie, etc.

« La sauvegarde des rushes par le data manager est une étape délicate              car il est impératif de maintenir les ordinateurs en état de marche,                   sous peine de perdre les contenus. »

Il en est de même pour tous les postes qui ne doivent jamais couper les machines. Cette continuité est donc assurée par des onduleurs en cas de  coupure de courant.

De plus, les batteries lithium-ion sont rechargeables à tout moment et indifférentes aux températures très basses, idéal pour tournage sur sites      froids (polaires, montagnes). La charge la plus rapide peut être effective              en 3h30, la plus longue en 8h.

Un plus d’être silencieux, les diablotins sont idéaux pour les lieux exigus et mobiles. Il n’y a pas de dégagement de gaz toxiques et les dimensions par rapport à l’usage ont pensées de façon à éviter les chauffes et incendie.

Enfin, l’économie réalisée grâce à l’utilisation de diablotins vient compenser la location. Utilisées comme relais après extinction du groupe électrogène, les valises permettent de prolonger le tournage, de s’adapter plus vite, donc de gagner du temps.

Pour faire la rencontre de cette petite famille diabolique, cédez à la tentation et rendez-vous sur le site d’Aldane Productions !

 

Coucou ! C'est par ici : http://batterie-diablotin.com/Accueil.html