Jacques Audrain et la 3ème génération de LED

Jacques Audrain et la 3ème génération de LED

mercredi, 06 avril 2011 00:00

Jacques Audrain est directeur de la photo pour la télévision. Il conçoit la lumière entre autres des Guignols de l'info et de La Musicale de Canal+, des spéciales pour Christophe Hondelatte, il a aussi travaillé sur des événements comme la cérémonie du souvenir à la Grande Synagogue de Paris. Tout cela, il le fait avec un minima d'énergie et de matériel. Passionné, il a pris le risque d'investir dans la troisième génération de LED pour sa société Lumières associées.

La surenchère lumière vous semble passéiste. Que proposez-vous ?

J'appelle ça le "HTDF" : HD façon ORTF. On éclaire à fond après on met tout flou. Résultat, la HD n'existe que sur le plan large. A mes débuts en vidéo multicam, la sensibilité des caméras vidéo équivalaient à 100 Asa. Il fallait alors beaucoup de lumière. Aujourd'hui les caméras numériques HD sont équipées de capteurs CCD ultra performants extrêmement sensibles et qui adorent les LED, pas besoin d'autant de lumière. Et qu'on en me dise pas qu'il faut 30% de lumière en plus pour la HD, c'est faux! En tant que concepteur lumière, je ne travaille pas seulement sur les faisceaux, les couleurs et les intensités lumineuses. Ma préoccupation c'est tout ce qui passe dans le champ : les personnes, les décors, les objets détournés ou dessinés. C'est une préoccupation de mise en valeur, de hiérarchisation, de création de volume, d'ombre et de lumière, d'ambiance. Tout cela évolue en fonction des modes et des avancés technologiques. Je reste donc en éveil sur tous ces aspects. C'est comme ça que depuis plusieurs années je me suis lancé dans la création d'objet lumière et dans une collection de luminaires vintage et que je me suis aussi intéressé aux LED.

 

Vous estimez que les LED ne se limitent pas aux décors ?

Nous en sommes déjà à la troisième génération de LED. Il y a d'abord eu les blanches, puis les RVB qui ne font pas du blanc contrairement à ce que disent certains. C'est en 2009 qu'est arrivée la troisième génération, les LED 7 couleurs. Elles permettent d'obtenir toutes les couleurs de l'arc en ciel, y compris les pastels et les blancs chauds ou froids. On les utilise déjà largement aux US, c'est importé en France par Avab, ce sont les Selador. Pourtant, en France personne ne voulait investir. Je ne trouvais pas à en louer. J'ai fini par investir pour 100 000 € dans ces éclairages. C'est risqué. J'ai osé grâce à la gestion pointue de ma femme Natacha, qui est gérante de la société. C'est aussi grâce au soutien de Gilles Rousseau de la société Lumex qui accepte de stocker mon matériel. Ce qui a été essentiel aussi c'est la confiance du réalisateur Bernard Faroux qui a compris l'intérêt de ce type d'éclairage.

 

Qu'apportent les LED, comment les utilisez-vous ?

A la fin de la cérémonie du souvenir à la Grande Synagogue, le rabbin est venu me voir. Il s'étonnait d'être bien alors qu'ils avaient eu très chaud l'année précédente, où ils avaient vraiment transpiré. Evidemment, 20 KW de lumière au lieu de 200KW, ça change tout ! Autre exemple, "Elles ont vu leur vie basculer", une spéciale pour Christophe Hondelatte sur des femmes qui se sont retrouvées dans la rue. Christophe Hondelatte et Bernard Faroux avait fait le choix de ce tournage en extérieur pour que ces femme se sentent plus à l'aise que sur un plateau. ça n'aurait pas eu de sens d'éclairer comme une émission de plateau. Il fallait conserver l'ambiance du lieu. Résultat les femmes étaient belles mais on conservait l'ambiance. Cette technologie permet aussi d'arriver dans un endroit sans tout le barnum télé, c'est moins arrogant. On se fait plus humble, ça permet une autre façon de tourner. Or avec cette solution, il n'y a pas eu besoin non plus de pont lumière. Nous étions ainsi plus légers, plus rapides. Ce fut donc un gain en énergie, en matériel, en manutention et en discrétion. Et j'ajoute que cette dernière génération de LED peut être utilisée aussi pour des faces au lieu d'utiliser comme je le vois encore des tungstènes qui sont de véritables radiateurs et qui ont un rendement 3 fois inférieur aux HMI ! Aujourd'hui, on n'a plus ce que j'appelle "l'effet smarties" qu'on avait avec les premières générations de LED. Je les ai utilisé aussi pour le concert de Gorillaz sur Canal. Le groupe est très sensible à l'écologie, ils ont été tout de suite partants.

Autre point de vue sur la lumière :

conclusion de l'atelier lumière organisé par ecoprod

"C à vous", une émission partiellement éclairée par les led 

Partenaires fondateurs