Equipement informatique

Le numérique et l’utilisation de l’informatique ont dématérialisé les supports, et permis l’allègement et la miniaturisation des équipements. Cela représente beaucoup d’avantages, notamment en termes de transfert et de stockage des données, gain de temps et de place. Mais qui dit dématérialisation d’un côté, dit souvent consommation d’énergie de l’autre.

Le manque de format standard et le poids des fichiers et d’organisation adaptée obligent d’avoir encore recours aux cassettes. De plus, les nouveaux équipements électroniques requis sont constitués de matériaux très polluants et délicats à recycler, qui ont besoin de supports type DVD parfois. Attention tout de même, les TIC ne sont pas encore si green que ça.

Locaux

Les serveurs allumés en permanence ainsi que les stations de travail chauffent l’atmosphère, imposant ventilateur ou climatisation et absence de poussières :

  • Si possible, isoler les machines qui chauffent (serveurs…) dans une même pièce climatisée, même aveugle, du moment qu’il y a une bonne extraction.
  • Acheter un climatiseur fixe plutôt qu’un climatiseur mobile, plus efficace et plus fiable dans la durée. Ne pas hésiter à choisir un modèle performant, de qualité !
  • Si vous devez toutefois acheter des climatiseurs mobiles, évitez les ‘monobloc’ et choisissez des modèles avec ‘split’. Ils font directement l’échange thermique avant évacuation (cela évite la fenêtre entrouverte pour le gros tuyau d’extraction d’air chaud).
  • Bien entretenir les filtres et la ventilation, contrôler régulièrement la climatisation et son réglage.
  • Il existe des armoires climatisées dans lesquelles on peut rafraîchir les serveurs, plutôt que climatiser la pièce entière.
  • Attention, les normes ont évolué. Si vous utilisez une climatisation antérieure à 2004, elle contient sans doute du fluide R22, interdit en maintenance comme fluide vierge pour la recharge depuis 2010 (cf. Alliance Froid Climatisation Environnement www.afce.asso.fr)
  • L’idéal serait de maîtriser l’extraction de la chaleur des appareils pour la canaliser et la réutiliser comme chauffage pour d’autres pièces, à considérer en cas de travaux.

Watercooling

Autrefois réservé aux supercalculateurs, le watercooling est décliné maintenant sur d’autres machines. Le refroidissement à eau est plus efficace et silencieux qu’un simple ventilateur, même s’il requiert un système plus complexe car constitué de plus d’éléments : tubes et plaques, fluide caloporteur, échangeur, pompe, dissipateur.

Couplé à un système optimisé de gestion de ventilateurs, il donne de bonnes performances thermiques, tout en réduisant la consommation énergétique et le bruit. Le
dégagement calorifique ainsi contrôlé, on économise de la climatisation, et cela rallonge la durée de vie des appareils.

Les déchets

Souvent, le matériel est considéré en fin de vie, car devenu obsolète pour l’exploitation, alors qu’il fonctionne parfaitement. Vendez-le à des sociétés, donnez-le aux collaborateurs, à des associations !

Enfin, la DEEE, sur le traitement des Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques, oblige à leur recyclage. L’éco-participation finance le traitement des anciens appareils.

www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?catid=14687

Machines : ordinateurs, serveurs…

Le saviez-vous ?

La Commission Développement Durable de France Broadcast (Association Française des Industriels du Broadcast), a initié avec ses adhérents un programme de développement de l’éco-conception. Les principaux axes de travail pour rebondir sur les réglementations sont : augmenter la durée de vie des appareils, diminuer leur consommation électrique, et réduire la quantité de composants électroniques. www.france-broadcast.fr

  • Très énergivores à la base, les diverses machines consommeront plus ou moins, suivant la façon dont on les gère, à contrôler au cas par cas !
  • Par exemple, certaines machines comme les stations individuelles - pas les serveurs !- peuvent et doivent être éteintes chaque fois que possible, car les veilles même faibles, consomment sans cesse.
  • La mise en veille des écrans n’est parfois pas possible suivant les pré-requis des logiciels, elle peut toutefois l’être dans d’autres cas.
  • La virtualisation des serveurs est possible sur place car les serveurs ne sont souvent utilisés qu’à 20% de leur capacité (par exemple, création de machines virtuelles pour héberger d’anciennes applications). Cela permet de réduire drastiquement les ressources, en matériel, en volume de stockage utilisé, en puissance de climatisation, etc. Cela limite les coûts machine et maintenance.
  • De même, la virtualisation des applications et de certains postes de travail est possible avec des pré-requis techniques, par ex. pour le transcodage de fichiers à distance, à étudier !
  • Il existe de nombreux logiciels de gestion de parc qui permettent l’optimisation de la consommation électrique des postes de travail (PowerOut, User State Management, GreenScan, Criston Precision etc.) destinés principalement aux parcs informatiques classiques, mais parfois déclinables. A utiliser cependant avec précaution après avoir étudié les modes de travail et de sauvegarde !
  • Quelques conseils pour réduire la consommation électrique de son parc informatique, par Linux : www.lesswatts.org

Partenaires fondateurs