Gestion des déchets et de l'énergie

L'énergie est à la base des tournages : comment faire sans la fée électricité qui fournit la lumière et fait fonctionner les appareils ? En conséquence, les conditions de tournage reposent souvent sur de grosses consommations, et sur des sources extrêmement polluantes quand il s'agit de groupes.

Pourtant, une bonne gestion de la consommation en amont et un équipement adapté au mieux réduit les risques, les coûts et la pollution.

Par ailleurs, les lampes actuelles comme les tubes fluo, les HMI, contiennent du mercure, nocif pour l’homme et pour
l’environnement. La façon dont on manipule les équipements comme leurs déchets est donc déterminante.

Du bon usage...

Le saviez-vous ?

Si l’on baisse la lumière d’un halogène de 70 %, sa consommation ne baissera que de 50 %.

  • Eteindre les lampes à chaque fois que possible, en particulier les tungstènes.
  • Utiliser des variateurs pour reposer les lampes entre deux scènes sans avoir à les éteindre et à les rallumer.
  • S'il est possible de jouer sur la gradation, baisser la tension, cela augmente la durée de vie de la lampe (tungstène, halogène).
  • Pour les tournages de longue durée, assurer la bonne gestion de la maintenance.
  • Il faut bien recycler les lampes contenant du mercure. Si l'une se casse, évacuer et bien aérer la pièce avant de ramasser les débris.
  • Employer utilement le gaffeur, sans surconsommer.
  • Inutile de suréquiper l'éclairage de service : des lampes fluo ou LED classiques suffisent amplement.
Le saviez-vous ?

Lumière naturelle :
Lorsque les conditions le permettent, un réflecteur de grande dimension peut se substituer à un projecteur de forte puissance.

Les déchets

Prévoir des cartons identifiés pour le recyclage des lampes, surtout celles qui contiennent du mercure. Le fournisseur doit pouvoir les reprendre pour leur traitement, sinon les déchetteries (demander à la mairie), ou encore Recylum, à contacter en amont. www.recylum.com

Le saviez-vous ?

Le mercure est toxique, persistant (il ne se décompose pas dans l'environnement) et bioaccumulatif (il s'accumule dans les organismes vivants, remontant la chaîne alimentaire).

La DEEE, sur le traitement des Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques, concerne aussi certaines lampes :

  • tubes fluorescents et autres lampes qui contiennent dumercure
  • les lampes à iodure métallique HMI
  • les LED avec leurs composants électroniques.

www2.ademe.fr/servlet/KBaseShow?catid=14687

L'énergie

Les groupes électrogènes fonctionnant au fuel, ils sont de gros émetteurs de gaz à effet de serre.

  • En optant pour des équipements moins énergivores, on baisse la consommation : en tenir compte lors de la location du groupe.
  • Inutile de surdimensionner sa capacité au-delà de la marge de sécurité.
  • L’utilisation de LED fait baisser la consommation d’électricité et la chaleur sur le plateau, à intégrer pour l’usage de la climatisation et du groupe.
  • Tant que possible, essayer de se brancher sur le secteur, ou demander un branchement forain à EDF en tenant compte des délais actuels.
  • Pour les petites puissances, préférer des groupes électrogènes autonomes.
  • Bien recycler les batteries (et les piles).

Pour comprendre le dérèglement climatique lié à l’énergie :
Campagne de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) : www.faisonsvite.fr
Réseau Action Climat : www.rac.org
Greenpeace : http://energie-climat.greenpeace.fr
Greenfacts : www.greenfacts.org/fr/dossiers/energie.htm

Réflecteurs en polystyrène

Le polystyrène expansé est recyclable. Celui issu des emballages, totalement ‘propre’, redevient de l’emballage. Les grandes plaques de réflecteurs en polystyrène expansé sont elles aussi recyclables, même si elles sont peintes sur une face. Elles peuvent alors servir à fabriquer toutes sortes d’objets tels que des cintres, intercalaires, talons de chaussures…

Il existe 200 points de collecte, déchetteries, usines, recycleurs. Consulter la carte ou demander l’adresse sur : www.ecopse.fr

Partenaires fondateurs